Faire fortune ou trouver une vraie richesse?

Qui n’a jamais rêvé de faire fortune ? Combien d’entreprises sont crées afin d’arriver à ce but ? Certains se lancent dans l’aventure, d’autres ne font qu’y penser. Certains s’oublieront sur le chemin, d’autres se retrouveront frustrés de ne pas avoir essayé, encombrés au quotidien de fantômes de rêves non réalisés.

Tant de films, de romans sont basés sur la quête d’un trésor, d’une terre à conquérir, ou d’un contrat à remporter, où les acteurs sont prêts à tout pour y arriver. Tant de pensées intérieures se font à la recherche du scénario idéal, de l’idée de génie, qui nous fera devenir quelqu’un, qui nous fera atteindre ce paradis convenu : réussir, faire fortune comme l’ont fait des Bill Gates, Steve Jobs, ou Mark Zuckerberg …

Mais combien de mes patients arrivés à ce but, dont le montant de la fortune aussi élevé soit-il … ont fini par tomber de haut ?

Sources de regrets ?

Le film The social network retraçant la vie du créateur de Face book, montre bien dans ses dernières images, la solitude et la détresse du héros, dans l’attente de nouvelles de son amour qu’il a perdu dans la bataille de son ascension. Il est perçu comme ayant abusé voire volé, il a dépensé son temps et son énergie sans compter, pris par son inspiration, ne laissant rien l’arrêter, pour ne pas perdre le pari qu’il s’est lancé… qu’il gagnera d’un coté, mais qui lui fera perdre des amis, voire perdre la raison de l’autre.

Combien de personnes sont prêtes à tout pour y arriver, et une fois au sommet s’aperçoivent qu’ils sont aimés pour ce qu’ils ont, plus que pour ce qu’ils sont ? Que leurs enfants sont anesthésiés par le succès de leurs parents et vivront toujours dans l’ombre de leurs réussites. Que le pouvoir acquis par leurs réseaux leur fait perdre dignité et Liberté. Comme une personne qui se lie avec une personne riche pour obtenir la sécurité et qui doit souffrir au quotidien de son ennui. Est-ce que le jeu en vaut la chandelle ? A la fin de leurs vies bien des personnes fortunées financièrement regrettent de ne pas l’être physiquement, mentalement, socialement voire spirituellement. Bien des milliardaires redistribuent leur fortune à des causes humanitaires, quand d’autres l’échangerait bien contre des années de jeunesse à faire plus de ce qu’ils aiment vraiment.

La vraie fortune ?

Peut être qu’il faudrait alors distinguer entre faire fortune financièrement et obtenir la vraie fortune de faire de sa vie ce que l’on aimerait profondément dans les différents domaines de notre vie ?

Peut-on échapper à l’équilibre ?

Plusieurs civilisations nous ont laissé des messages d’un équilibre sous forme de symboles. Le signe du Tao, qui indique qu’il existe du bien et du mal en parfait équilibre. La clef de voute qui retient les colonnes « opposées » en équilibre. Le caducée du dieu grec Hermès… Peut être pour nous rappeler que l’on ne peut échapper à cette règle universelle fondamentale : un équilibre existe en toute chose. Faire fortune, obtenir du pouvoir n’échappe pas à la règle fondamentale, à l’Equilibre. Un excès en amenant un autre, l’extrême fortune financière s’accompagne d’infortunes regrettables.

Déterminer sa propre fortune ?

La solution serait alors de prévoir, d’agir en conscience de ce phénomène et de choisir sciemment quel équilibre nous aimerions créer dans l’ensemble des domaines de notre vie. Se projeter à la fin de sa vie, et savoir ce que l’on aimerait vraiment en avoir fait, deviendrait alors une vraie richesse : peut on en envisager de plus belle ?

Nicolas Proupain

Laisser une réponse