En route vers l’écologie positive !

Si l’écologie n’a pas encore été perçue comme un enjeu majeur et si les différents partis politiques qui l’ont représentée n’ont pas été considérés comme essentiels, aujourd’hui les scientifiques semblent unanimes sur le sujet : riches ou pauvres nous sommes tous concernés, il en va de notre santé et de celle de nos enfants !

« Ne pas faire de répression, être positif »

Nos leaders politiques actuels prennent des mesures concrètes sur le sujet, sur un ton d’éveil et d’évolution des consciences. Mais le remède ne s’annonce t-il pas pire que le mal ? Il s’agit de ne plus se tromper, car l’enjeu n’est plus l’inversion de la courbe du chômage et ses conséquences socio-économiques, l’enjeu est notre survie !

Les pastilles de couleurs pour les voitures : encourager le pire ?

Tenter de soigner une personne dépendante au tabac, dont les méfaits de la fumée pour elle-même et du tabagisme passif pour les autres semble légitime. Si la solution consiste à remplacer le tabac par de la morphine, le remède devient pire que le mal ! Encourager un éveil des gens à la pollution aux particules fines engendrée par les véhicules semble cohérente, mais si cela se traduit par approuver la circulation de véhicules électriques dont l’énergie sera issue des centrales nucléaires, cela devient criminel !

Faut-il rappeler que l’énergie nucléaire cumule tous les records ? Records de dangers, de coût d’utilisation, de recyclage des centrales, et surtout … de pollution (déchets)!

C’est pourquoi inciter à la vente et à l’utilisation de voitures électriques revient à promouvoir des véhicules … nucléaires, les plus dangereux et polluant qui soient!

Quel est le degré d’objectivité et de compétence de nos preneurs de décisions ?

Ne serait-ce pas le moment de rappeler que la situation actuelle de pollution aux particules fines générées essentiellement par les moteurs diesels, est le fruit de lois issues de nos chers conseillers bien avisés qui ont fait pendant des années une promotion fiscale sur les carburants et sur l’achat de véhicules diesels? Nos conseillers sont-ils aujourd’hui, toujours aussi bien avisés ? Ne serait-il pas bon de rappeler que ces lois favorisant le diesel, favorisaient aussi très largement les industriels commercialisant ces moteurs maintenant considérés comme polluants ? (Est-ce une découverte ?) Et que finalement nous créons peut-être des lois qui favorisent plus les industries de nos mécènes que l’intérêt des contribuables ? D’ailleurs, est-ce toujours le cas aujourd’hui ?

Discrimination ?

Le port d’un signe distinctif à caractère discriminatoire, celui des pastilles de couleur, rappelle de mauvais souvenirs. Reposant sur des critères infondés voire contraires à l’écologie, dans quel sens va t-il faire évoluer la situation ? Aujourd’hui quel est le but de ce marquage ? Préparer des lois et des nouvelles taxes favorisant le nucléaire ? Culpabiliser les gens sur des faux problèmes ? Cela évite qu’ils s’attaquent aux vrais sujets ! Mais qui doit avoir honte ? Celui qui roule en voiture ancienne ou celui qui favorise la pollution nucléaire ? Quel est votre intérêt ? Celui de vos enfants ?

Quand va t-on s’attaquer aux vraies causes de pollution ?

Si les recherches montrent que la pollution vient essentiellement de l’industrie et surtout de l’industrie agro-alimentaire, devrait-on instaurer des pastilles de couleurs pour les industries, pour leurs produits ?

Et quelle sanction pour les conseillers qui ont crée des lois favorisant le diesel pendant des années ? Leur interdire l’accès à l’assemblée nationale comme certaines voitures seront interdites à l’entrée de certaines villes ? Ou les taxer aujourd’hui pour pollution ?

Nicolas Proupain

Article publié dans Entreprendre en juillet / aout 2015

Laisser une réponse