Des élus responsables en cas d’accidents nucléaires?

La cour des comptes tablant sur … 100 milliards d’euros pour poursuivre le programme nucléaire en France ; en plus d’être le plus coûteux, le plus pollueur, c’est aussi le moyen le plus dangereux !« Fukushima, le poison coule toujours », titre pour son premier ouvrage François-Xavier Ménage. Cinq ans après, des quantités immenses d’eaux contaminées vont encore être déversées dans le littoral, l’empoisonnement « invisible » sévit toujours et se prolongera de nombreuses décennies. « Les dégâts colossaux sont bien plus graves qu’on ne l’avait imaginé ! »

Un danger loin de chez nous ? Ou bien sommes-nous menacés directement ? Mairie de Paris, législateurs, politiques, devant l’Histoire vous êtes responsables !

« Le prochain c’est vous ? »

François-Xavier explique au petit journal du 09/03 /2016, que le premier ministre japonais lui même, lui a déclaré de façon provocante que la France serait le siège du prochain accident nucléaire ! Pour ce ministre « maintenant c’était terminé » avant pro nucléaire, il sera désormais anti nucléaire !

La France prochain « accident » nucléaire ? « Accident », c’est quand on ne sait pas !

Naoto Matsumura, l’ermite de Fukushima lors de son périple en France pour prêcher la sortie immédiate du nucléaire, explique qu’il voit d’inquiétantes similitudes entre les scenarios français et japonais. « La France pèche par excès de confiance, Tepco c’était pareil, ils nous disaient qu’il n’y avait pas de danger, que c’était sûr…» Tepco avoue cette semaine « Les réacteurs étaient en fusion, on ne vous l’a pas dit ! » La même entreprise de confiance souligne qu’il reste des risques inacceptables dans le cadre du nettoyage de la centrale. « L’endroit où les robots de nettoyage fondent en quelques heures ? »

Une loi inquiétante !

Un amendement N° 1048 proposait de rendre « pas repérable » un préjudice environnemental commis par un industriel ayant reçu toutes les autorisations. En gros, en cas d’accident, les pollueurs seraient hors de cause et le contribuable seul à payer. Y a t-il anguille sous roche ? Un risque imminent ? Pourquoi créer une telle loi aujourd’hui?

Une démission et des pétitions ?

Pourquoi le N°2 d’EDF, refusant de cautionner des projets, démissionne t-il ? Pourquoi nos voisins allemands ou suisses font des pétitions contre la prolongation des centrales frontalières ? Y a t-il fumée sans feu ? Pourquoi les français ne réagissent-ils pas ?

Des élus bernés ???

Parmi ces inconséquences et irresponsabilités, il y a les élus qui au nom de l’écologie, propose de supprimer l’accès au véhicules d’avant 1996 aux centres-villes. Pour être remplacés par des véhicules électriques ? A nous prouver le contraire il s’agit de véhicules nucléaires, puisque alimentés par les centrales ! Donc bien plus pollueurs et dangereux que les vieux tacots. Les élus souhaitent faire le bien ou juste « faire bien » ?

La ministre de l’environnement, Ségolène Royal, a dit être d’accord pour prolonger de dix ans la durée de vie des centrales nucléaires françaises. Alors que le gendarme du nucléaire se dit « non confiant à court et moyen terme ? » Si l’on en juge par la gestion des projets (malfaçons, achat de mines vides, retard, surcoût, dépassement des dates de péremption) on entend le manque de confiance ! Reste que quand les crises se multiplient, tout devient secondaire devant une crise nucléaire.

Étant élu, on marque l’Histoire de son nom : promouvoir des centrales ou des voitures nucléaires après Fukushima ça laissera des traces durables : de rayonnement personnel ou nucléaire !

Laisser une réponse